La place de la Contrescarpe

Dès le Moyen Âge, le carrefour au-delà de la porte Bordet connaît une belle animation, avec ses marchés au pied de la muraille de Philippe Auguste et ses nombreux cabarets qui en font, comme aujourd’hui, un des lieux les plus vivants de la capitale, de jour comme de nuit.

La place de la Contrescarpe est située rue Mouffetard, au débouché des rues du Cardinal-Lemoine et Lacépède. On s’y retrouve pour boire et festoyer, ce qui peut expliquer l’installation un peu plus tard, au XVIIIe siècle, d’une caserne de gardes-française à deux pas de là, rue Mouffetard.

En souvenir de la Pléiade

Parmi les nombreux cabarets qui s’y sont installés, La Pomme de Pin, sis au coin de la rue Mouffetard et de la rue de la Contrescarpe-Saint-Marcel, l’actuelle rue Blainville, est peut être le plus célèbre. Cette enseigne d’une pomme de pin est souvent utilisée à l’époque par les cabaretiers et marchands de vin, car elle rappelle la poix-résine dont on se sert alors pour enduire les barriques afin qu’elles soient parfaitement hermétiques. Dans cette auberge se réunissent au XVIe siècle nombre de poètes de la Pléiade, tels Ronsard, Joachim du Bellay, Baïf, mais aussi Rabelais…

La place conserve aujourd’hui un ensemble pittoresque de maisons anciennes. L’été, ses terrasses de cafés sont prises d’assaut. Avec son allure de village, la Contrescarpe a un petit air de Montmartre. Ernest Hemingway était tombé sous son charme, et Jacques Brel l’immortalisa dans l’une de ses chansons…

Partager cet article